Guide des formats des Vinyles

Par formats

La désignation par format se base sur la taille physique du diamètre du disque microsillon.

Elle est la plus utilisée dans les pays anglophones dont l'unité de mesure de longueur est le pouce. Il arrive que l'on utilise aussi ces dénominations en France pour les disques vinyles venant des régions anglophones. Plus rarement, il arrive que l'on se serve des dénominations en centimètres approximatifs en France.

Sept pouces (17 cm)

Un sept pouces, ou seven inches en anglais, abrégé 7″, est un disque vinyle mesurant 7 pouces de diamètre soit 17,78 centimètres. Ce format est utilisé habituellement pour les singles et plus généralement pour les 45 tours. Plus rarement il est utilisé pour les maxi 45 tours et dans les années 60 et 70, certains albums pour enfants sont sortis en 33 tours.

Dix pouces (25 cm)

Un dix pouces, ou ten inches en anglais, abrégé 10", est un disque vinyle mesurant 10 pouces de diamètre soit 25,4 centimètres. Ce format, courant jusqu'au début des années 70 a été de moins en moins utilisé par la suite, au profit du 12" (30 cm).

Douze pouces (30 cm)

Un douze pouces, ou twelve inches en anglais, abrégé 12″, est un disque vinyle mesurant 12 pouces de diamètre soit 30,48 centimètres. Ce format est utilisé habituellement pour les albums et plus généralement pour les long play 33 tours, il est aussi utilisé pour les maxi 45 et 33 tours voire certains singles.

Par types

Disque 78 tours

Une erreur répandue est le classement des disques 78 tours en tant que disques microsillon. Ceci est inexact, le mot « microsillon » ayant justement été inventé à l'époque pour distinguer les nouveaux produits des disques standards (78 tours).

La lecture de disques de ce type sur une platine standard équipée d'un diamant conçu pour les microsillons donne un bruit de fond dû au fait que cette pointe de lecture est trop fine par rapport au sillon du disque. Dans les années 1960 à 1980, il était possible de se procurer des « saphirs » réversibles, un côté destiné aux microsillons et l'autre aux 78 tours.

Disque 45 tours

Les disques tournant à 45 tours par minute ont été inventés pour le marché des « juke-box » (ce qui explique le gros trou au centre). Ils ont généralement un diamètre de 17,5 cm (7 pouces) et contiennent une chanson par face. Ce sont les ancêtres des CD deux titres (aussi appelés CD Singles) et, outre les machines juke-box, leur principale clientèle était les adolescents - sur une période s'étalant des années 1960 aux années 1990 - qui dépensaient là une part importante de leur argent de poche. Seuls les 45 tours étaient compatibles des mange-disques.

Le single comporte la chanson principale sur la face A, et une chanson moins importante ou inédite ayant pour rôle de remplir la 2ème face. Par extension, la chanson elle-même est qualifiée de face B, et beaucoup d'entre elles ne parurent pas dans les albums correspondants. Les Beatles ont, à quelques reprises, publiés des 45 tours avec deux faces A. Certains groupes des années 60 et 70 ont ressorti certaines faces B près de 30 ans plus tard, en tant que Bonus dans une réédition d'album en CD ou une compilation. Quelques fois, la face B était la version instrumentale ou karaoke de la chanson principale.

Il existe par ailleurs des 7 pouces de 4 titres (super 45 tours), dits EP pour « Extended play » ; ceux-ci sont trop longs pour être appelés single mais trop courts pour être appelés album. Ces 7 pouces tournent généralement à 45 tours par minute mais il peut arriver qu'ils tournent à 33 tours par minute.

Quelques Maxi 45 tours de 30 cm de diamètre ont été édités, essentiellement pour contenir de la musique classique. À la fin des années 1970, le Maxi 45 tours (ou maxi-single, super-45T) se généralise principalement pour contenir des morceaux plus longs (de 5 à 20 minutes, parfois plus) liés aux musiques disco et funk qui bénéficient d'une exploitation en discothèque. Les maxi-45T ont été plébiscités également par les disc-jockeys qui trouvaient leur manipulation plus aisée, alliée à une qualité de son supérieure. On trouve aussi sur ces disques des versions avec pistes supplémentaires remixées ou des morceaux inédits ne figurant pas sur l'album (les B-sides).

Certains vinyles ont même une face en 45 tours et une face en 33 tours. On a vu aussi des disques dont la lecture se fait du centre vers l'extérieur, comme c'est le cas aujourd'hui pour les CD. La reproduction sonore étant optimale sur les sillons les plus éloignés du centre du disque cette particularité permet une meilleure reproduction des musiques classiques, celles-ci allant généralement crescendo, et donc se complexifient au fur et à mesure de l'avancée dans le morceau.

Disque 33 tours

Les disques tournant à 33 tours 1/3 (soit : un tiers de tour) par minute ont généralement un diamètre de 30 cm (12 pouces), ou plus rarement de 25 cm (10 pouces), au début de l'histoire du disque vinyle et plus récemment pour certaines rééditions et certains disques de musique punk. Ils ont été mis au point par les ingénieurs du label Columbia Records en 1948. Les 33 tours de 17 cm (7 pouces) sont appelés EP (pour « Extended play ») et contiennent généralement huit titres. Ils servent de support à des albums de chanson ou à de la musique classique, ainsi que pour les bandes originales de films. Dans le domaine de la chanson, le format du disque 33 tours, d'une durée de 40 à 60 minutes, est à l'origine de la notion d'album, grâce au procédé microsillon (LP pour « Long Play »).

Les 33 rpm servaient aussi de support pour les maxi singles dans la Funk, Disco etc. Comme la qualité sonore était meilleure que les 45 rpm, beaucoup préferaient au lieu de sortir un 45 rpm en 12", un 33 rpm en 12" avec sillons plus écartés, ou alors dans le cas où la version longue atteignait plus de 8 ou 10 minutes.

Dans le cadre des remasterings, ou des rééditions CD dans les années 1980 et 1990, certaines bandes originales d'album ont été perdues. Des ingénieurs et des assistants procédaient alors à des recherches de masters afin de s'en servir pour les rééditer en CD. Quand aucun master n'avait pu être retrouvé, ils utilisaient alors une version vinyle originale à l'état neuf, pour faire un repiquage afin de le remettre sur CD.

Disque 16 tours

Les disques tournant à 16 tours par minute n'ont pas connu un grand succès commercial. Ils étaient surtout destinés à servir de support à des textes parlés. Ces disques microsillons tournent exactement à 16 tours 2/3, soit la moitié de 33 tours 1/3. Ils sont apparus en 1957 et existent dans différents diamètres : 17 cm pour l'apprentissage des langues (utilisation scolaire), 25 cm pour quelques éditions commerciales (en France, les marques Vogue et Ducretet-Thomson en ont édité), 30 cm pour de longues œuvres littéraires ou des pièces de théâtre à destination des aveugles et des malvoyants.

Dans ce domaine, en France, l'Union des Aveugles de Guerre a sorti de nombreux coffrets (de 6 à 10 disques) comprenant jusqu'à 1 heure d'enregistrement par face. Les disques inclus dans ces coffrets ont pour particularité de présenter une étiquette centrale imprimée sur une face et, sur l'autre face, une étiquette noire avec le titre de l'œuvre écrite en braille. Aux États-Unis, la firme RCA a pressé de tels disques. Aux États-Unis toujours, de 1956 à 1958 la firme Columbia a pressé des disques 16 tours (diamètre 17 cm) pour son tourne-disques automobile « Highway Hi-Fi phonograph ». Ces disques avaient une durée de 40 à 45 mn par face mais devaient être lus exclusivement sur le tourne-disque de voiture, le sillon, étant deux fois plus étroit, nécessitait une tête de lecture spécifique.

La plupart des constructeurs d'électrophones avaient prévu cette vitesse 16 tours sur leurs appareils, mais devant la très faible production commerciale de ces disques, cette option a disparu en quelques années. En matière de reproduction sonore analogique, plus le support tourne (ou défile) vite, meilleure est la qualité notamment dans les fréquences élevées (aigus). De ce point de vue, les 16 tours ont eu quelque mal à convaincre les audiophiles avertis.

Dans l'émission « Géo » diffusée sur Arte en décembre 2010 et consacrée à « Gene Winfield, le mécano des folles autos » (http://www.arte.tv/fr/3544738.html) nous apprenons que la société Chrysler équipait certaines de ses voitures d'un tourne-disque. Un collectionneur affirme même que « Chrysler fabriquait ses propres disques » 16 tours 2/3.

Source Wikipedia.

Feedback